Bangkok : des odeurs et des couleurs

Notre taxi nous dépose au fond d’une allée peu engageante mais comme souvent « ne pas se fier à la première impression », l’hôtel (le Fifth Residence hôtel) est une vraie bonne surprise. L’annonce disait : « Moderne et élégant, hébergement de charme dans le quartier de Pathumwan… » elle n’a pas menti.

Le quartier où nous résidons est très éloigné des principaux centres d’intérêts de la ville. « Centre d’intérêt » est une description que je prends toujours avec des pincettes car souvent synonyme de « beaucoup de monde » et « entrées chères », surtout dans les grandes villes ! Il s’avère qu’à Bangkok la majorité de ces lieux se trouvent être des temples. Sans paraître blasés, nous en avons visité un certain nombre ces derniers jours et décidons de faire l’impasse sans aucun remord.

Oui mais alors, on fait quoi à Bangkok ?

Une fois notre installation terminée nous sortons prendre la température de cette grande ville. Pour rejoindre la route principale nous devons passer aux abords d’un pont sous lequel vivent des personnes dans des conditions telles, que la décence m’interdit de vous les décrire. Une fois cette étape très olfactive passée, nous marchons un bon quart d’heure avant d’atteindre le centre commercial MBK sur lequel nous tombons par hasard. Grandeur et démesure avec ses 6 étages mais aussi fraîcheur et toilettes gratuites ! Nous nous attardons devant une vitrine bien ciblée mais gardons la tête froide.

horizon-mix6t-bangkok-mbk-canon

L’heure du ventre sonne, il est déjà 13 heures et nous nous dirigeons vers le Mac Donald le plus proche au grand bonheur de nous tous ! Aurai-je pensé écrire ça un jour… Mais sincèrement, après deux mois de riz/nouilles quasi quotidien, un bon burger ça fait du bien !

Notre journée se poursuit entre le MBK et le centre culturel juste à côté. Notre première journée dans ce bain de foules nous enivre un peu mais nous ne trouvons pas ça désagréable du tout.

horizon-mix6t-bangkok-mbk

Aujourd’hui nous avons rendez-vous avec Julien, le fondateur de Zip World, qui a été un de nos interlocuteurs réguliers pendant la phase préparation/achat de nos billets Tour du Monde. Il vit à Bangkok depuis 7 ans. Nous déjeunons ensemble et il nous fait découvrir les crevettes crues que l’on déguste avec une sauce au citron bien pimentée ainsi que les lanières de porc au sésame, un délice. Après deux heures en sa compagnie, il nous fait cadeau de sa carte Groovy Map de Bangkok qui sera pour nous un trésor tant par le nombre de renseignements qu’elle contient sur cette grande ville, que pour la valeur sentimentale liée à cette belle rencontre.

Sur les conseils de Julien nous filons au Terminal 21. Il s’agit en fait d’un mall construit comme un aéroport (d’où le nom) qui s’élève sur 7 étages. Chacun de ses étages est une destination différente. Nous passons ainsi de Paris à Istambul, de Londres à San Francisco, de Rome à Tokyo (Mathieu, si tu nous lis…) pour arriver au sommet où se trouve un cinéma, et visitons à chaque étage… les toilettes ! Nous comprenons l’insistance de Julien sur l’intérêt à visiter ce lieu à priori quelconque.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après 7 lavages de mains, un café, l’achat d’un tee-shirt chez « Over the Sky », une montée à San Francisco, une descente à Istambul, un aller-retour à Tokyo… Il est 17 heures passées lorsque nous ressortons dans le tumulte de la rue.

Notre journée aujourd’hui débute tôt. Après les 30 minutes de marche nous rejoignons le BTS (métro aérien) direction la station de MoChit. Nous avons en effet décidé de nous rendre au « Bangkok pas cher shopping paradise », en un mot Jatujak et son marché gigantesque avec ses 8 000 stands. Ici on trouve de tout et les thaïlandais disent « Si vous pouvez le trouver quelque part à Bangkok, vous pouvez aussi le trouver à Jatujak » ! Le marché ouvre à 9 heures, nous y arrivons vers 9h30 afin d’éviter autant que possible la foule des visiteurs. Et en effet, le marché est plutôt calme et nous profitons de ses grandes allées sous les toits de tôles pas encore trop chaudes à cette heure du jour. Une grande avenue fait le tour du marché et une multitude de petites rues numérotées (soi 1, Soi 2, etc) en découlent. Inutile de vous dire que l’on a eu tôt fait de demander un plan pour tenter de s’y retrouver.

Nous y allons sans aucune attente ou envie particulière d’acheter quelque chose, mais avons le désir de nous frotter à l’ambiance locale. Nous voyons quantité de choses différentes tels que des vêtements bien sûr mais aussi des objets artisanaux, des plantes, des livres, des antiquités (vraies au fausses), des animaux… et des stands de nourriture et boissons. Jade a tellement envie de voir les animaux que nous nous mettons rapidement en quête de la « route » à suivre. Nous les trouvons assez facilement. Il est difficile pour nous occidentaux de comprendre la façon dont sont traités les animaux tels que chiens ou chats, présentés dans de toutes petites cages, qu’il s’agisse d’un chihuahua ou d’un labrador ! Mais jade ne s’en émeut pas plus que ça et tant mieux après tout. Ce qui nous doit malgré tout de devoir revenir une seconde fois pour caresser ces boules de poils !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous sommes heureux d’y être allé ce matin car à notre retour au BTS vers 13h30, une horde de visiteurs arrivent en direction du marché. Verdict : nous nous sommes régalés les yeux et avons acheté quelques tous petits souvenirs pour mettre dans nos « suffisamment lourds sacs à dos » et avons déjeuné d’un kébab/poulet servi dans un nan : délicieux !

Demain sera consacré à l’administratif avec la récupération de nos passeports enrichis des visas indonésiens, entre 14 heures et 15 heures très précises, et autant vous dire que l’on n’a pas intérêt de louper le coche puisque notre décollage pour Mandalay (Myanmar) est prévu dans deux jours à 10h55, et pas de passeport, pas d’embarquement !

Une rencontre imprévue

A notre arrivée dans cette grande ville, nous recevons un message de Fabienne (les 200 jours TDM) qui nous dit être encore à Bangkok pour trois jours. Super ! Nous ne devions nous voir qu’à Melbourne. Rendez-vous est donc pris pour dimanche. Jade est ravie de la nouvelle car Fabienne et Mathias ont deux enfants Thibault et Elyse.

Après un repas où nous échangeons nos bons plans – eux remontent sur Chiang Mai – nous partons visiter la maison de Jim Thompson. Cet américain venu s’installer à Bangkok dans les années 50 participa activement au renouveau du tissage de la soie à la main en Thaïlande. Il disparu mystérieusement le 26 mars 1967 en Malaisie… Je ne vais pas vous faire un cours d’histoire*, je vous laisse simplement profiter des photos que j’ai eu le plaisir de prendre dans ce lieu qui respire la sérénité, sauf pour les vers à soie qui y ont un sombre destin, un peu comme celui de Jim Thompson en fait.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre séjour à Bangkok touche à sa fin et nous sommes un peu en manque d’authenticité. Nous décidons donc de partir visiter le marché aux fleurs qui débute à 18 heures et dure toute la nuit. Nous y arrivons après une bonne heure de marche, ce qui ne semble rien mais représente à chaque fois une grande aventure tant l’état des trottoirs de la capitale est déplorable. Nous marchons à la queue leu-leu et le premier fait office d’éclaireur pour les deux suivants. Aucune chute grave à déplorer mais de belles frayeurs. Le marché, proche du mémorial Bridge, est en plein centre de la ville sur les bords du Chao Phraya. Nous commençons par déambuler dans le hangar où sont vendues les fleurs en gros puis continuons par les étals sur le bord de la route. Des couleurs magnifiques mais peu de senteurs. Une grosse pensée pour ma fleuriste préférée qui se reconnaîtra. Nous avons la chance de rencontrer une petite française de 7 ans, Ali, et sa maman, Magali, qui vivent à Singapour et sont en vacances dans la capitale thaï. Ali est sur le point de confectionner des offrandes avec des boutons de fleurs sur le stand d’un marchand aussi gentil que patient, et Jade se joint à elle. Quelle chance de pouvoir être autant acteur que spectateur !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La soirée se poursuit sur Kaosan Road, rue emblématique de Bangkok, repère des backpackers du monde entier. Du bruit, du monde, des marchands qui vous accostent à chaque pas…

horizon-mix6t-bangkok-kaosan-road

Nous mangeons rapidement en compagnie des deux singapouriennes d’adoption avant de rentrer au calme, dans notre petit quartier qui ne sent pas la rose mais qui lui est bien plus paisible.

 Aujourd’hui, pour nous et bien c’est la fin de l’aventure thaï, demain départ pour le Myanmar car comme dit Thierry, « Quand y en a marre, y a Myanmar » ! N’allez pas en conclure que nous n’avons pas apprécié la Thaïlande, nous y avons le souvenir fabuleux de notre journée avec les  éléphants, les étoiles pleins les yeux du Loy Khratong, de la beauté des temples, de l’extrême gentillesse des thaïlandais et de leur sourire,  sans oublier le plaisir que nous avons eu de rencontrer nos compatriotes. En revanche, il est vrai que Bangkok avec ses odeurs fétides, ses trottoirs cabossés et son tumulte permanent, ne nous laissera pas un souvenir fantastique.

*Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur le mystérieux Jim Thompson c’est par ici

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Bangkok : des odeurs et des couleurs

  1. A 21 jours de notre départ pour l’Asie en famille, je découvre votre blog avec plaisir…. je vais vite le « dévorer »
    bonne route

    les plantard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s