Lovina, des dauphins mais pas seulement

Nous sommes bien arrivés à Kalibukbuk, près de Lovina, après un transfert assez mouvementé effectué par un chauffeur qui a sans nul doute été coureur de formule 1 dans une vie antérieure. Résultat : Jade a vomi son petit déjeuner et a fini le trajet à l’avant du véhicule. Rien de dramatique mais nous lui donnerons systématiquement un comprimé avant de partir désormais car les routes ici sont étroites et les chauffeurs pas tous de bons conducteurs. Mais faire le tour de l’île en bus est quasi impossible et le train est inexistant, zéro, nada, pas de réseau ferroviaire à Bali.

Une agréable surprise nous attend à notre arrivée à l’hôtel. Réservé sur Agoda deux jours avant, nous avions bien vu une réduction de 54 % mais n’y avons pas prêté attention plus que ça. Il faut dire que c’est notre routine à nous, la réservation d’hôtel, donc nous nous attardons surtout sur le prix et n’y passons pas des heures. Et bien le Suma Beach hôtel est un hôtel de catégorie supérieure avec belle piscine dans un jardin tropical fabuleux ! Nous avons de plus été surclassés dans une grande chambre avec une belle salle de bain (fermée cette fois) et une petite terrasse. La plage est à moins de deux minutes. Bon, ok, j’arrête ! Ah si, le prix quand même : 96 € pour 4 nuits, petit déjeuner inclus. Merci Agoda.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pourquoi avons-nous choisi de venir à Lovina ? Dans un premier temps nous n’avions pas prévu cette étape mais nos amis Alexia et Cédric nous ont tellement dit de bien de la sortie « Dolphin » que nous avons décidé de l’inscrire à notre programme. Il s’avère en plus que le lieu est bien moins touristique que les plages du sud et notre mini-guide papier le dit : « La plage de Lovina est particulièrement propice à la baignade car ses eaux sont assez calmes ». Ce qu’il ne précise pas en revanche c’est que pendant la saison des pluies, les effets conjugués de la pluie et du vent amassent sur la plage quantité de déchets divers qui ne donnent pas très envie de se baigner. Pas grave, on a une piscine !

horizon-mix6t-lovina-dechets

Revenons à ce qui nous amène ici, THE attraction de Lovina et des villages environnants : la sortie pour voir les dauphins. Et oui, car dans le village tout le monde surfe sur la vague et le dauphin c’est le gagne-pain de nombre de pêcheurs. Et ça, nul voyageur de passage n’est censé l’ignorer : pancartes, panneaux, publicités, coque de bateau… Tout ici tourne autour du cétacé et chaque restaurant ou hôtel se fait « rabatteur » pour que vous ne loupiez pas le départ. Il n’y a qu’à voir la quantité d’embarcations mises à l’eau le matin, et encore, nous sommes en basse saison, tous ne sortent pas !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon, alors, vus ou pas ces dauphins ? Et bien oui, nous les avons vus. Du moins le terme exact serait plutôt « aperçu » (quelques ailerons filants). Et oui, messieurs dames, on n’est pas à Maryneland ! Le dauphin, ici, c’est lui qui décide, et heureusement ! Et puis, soyons clair, malgré la saison creuse, il y a au bas mot 30 embarcations ce matin… Alors quand la multitude de bateaux fonce sur lui pour l’observer de plus près, et bien il se sauve seigneur Dolphin, et il a bien raison ! En témoigne la photo où vous verrez apparaître une partie des embarcations (taches noires).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors du coup, déçus ? Oh non ! La balade en jukung (bateau traditionnel balinais) était fabuleuse. Puis c’est rassurant finalement de constater que l’être humain ne peut décider de tout. Pour nous, dauphins ou pas, ce qui plaît ici est ailleurs, dans la sympathique ambiance familiale qui règle à Kalibukbuk. De nombreux petits chemins partent du village pour rejoindre la plage, à travers les champs où les araignées sont reines. Nous flânons tôt le matin à la découverte des nombreux jukungs et de pêcheurs venus en famille observer le départ des touristes.  Nous retrouvons les petites gargotes que nous avions quittées dans l’Asie du haut, où il est possible de déguster un délicieux babi guling (cochon de lait à la broche). Nous découvrons un warung fabuleux près de notre hôtel où une gentille dame nous prépare des « calamaris with garlic sauce » et de la « tuna salad », une pure merveille pour trois francs six sous (j’adore cette expression !).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aujourd’hui 9 janvier nous venons d’apprendre l’inimaginable ! Le 7 janvier… Et nous ne savions pas, ici, loin de tout, dans notre île paradis ! Loin de nos amis, nos familles, notre pays… Nous nous sentons impuissants et restons accrochés à la moindre bribe d’infos qui arrive jusqu’à nous. Comment est-il possible que l’homme puisse être capable de tant de cruauté ??? Deux jours plus tard, le cœur en berne, la boule au ventre nous quittons la côte de Lovina réconfortés malgré tout par la mobilisation sans précédents de nos compatriotes et même au-delà, de la planète toute entière.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s