Malaisie, un petit tour et puis s’en va (la suite)

Melaka

Pour aller à Melaka, distante de 150 kms, rien de plus simple : taxi jusqu’à la station de bus (TBS) de Kuala Lumpur, bus grande ligne jusqu’à la bus station de Melaka, puis taxi jusqu’à la guesthouse. C’est presque devenu une routine  et nous avons prévu d’y passer la journée, comme d’habitude. Mais ici, le service est d’un autre ordre ! Après une vingtaine de minutes, le taxi nous dépose devant une station de bus grande comme un aéroport. La prise des tickets se fait en moins de 5 minutes, avec choix des places dans le bus s’il vous plaît, et le départ prévu pour 10h30 (il est 10h15) se fait à… 10h33.

Oh là, mais c’est que nous ne sommes plus habitués à cette ponctualité ! Après une heure trente de trajet sans aucun arrêt, dans un bus grand confort, quoique, un peu chambre froide tout de même, nous arrivons à Melaka bus station. Dix minutes de taxi plus tard, nous faisons connaissance de notre lieu d’hébergement : la Old Town Guesthouse. L’accueil est chaleureux et les murs sont décorés de peintures représentant les hauts lieux de la ville. Nous avions réservé un dortoir borgne mais le gérant nous propose une chambre qui vient de se libérer pour quelques ringgits de plus. Du coup grand confort, fenêtres qui s’ouvrent et wc/sdb privés.

Après une rapide installation, nous partons déguster un plat indien des plus exotiques non sans l’avoir commandé « not spicy » comme d’habitude. Mails le « note spaillessi » n’a pas la même résonance partout et c’est la seconde fois depuis notre arrivée en Malaisie que nous ne pouvons terminer notre plat.

horizon-mix6t-riz-sur-feuille-de-bananier

Avec toute cette avance, nous avons une après-midi supplémentaire pour partir à la découverte de Melaka. Et il faudra bien ça pour découvrir cette ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco, et qui se trouve être le plus ancien port de Malaisie. Ici, la mixité sociale est de mise et nous retrouvons une ville qui vit au rythme de plusieurs communautés. L’ambiance y est paisible et les gens sont accueillants. On apprécie de s’y balader, et pour ne rien gâcher, l’air y est bien plus respirable qu’à Kuala Lumpur où nous frisions les 35°C en journée ! Voici en image un aperçu de nos découvertes au gré des ruelles de Malacca : la rouge Christ Church construite par les Hollandais avec ses briques made in Hollande, le Cheng Hoong Teng Temple, la Kampung Kling Mosque, le musée maritime et sa réplique d’un galion portugais, les nombreuses maisons aux façades peintes… Et bien sûr les trishaws aux décorations très kitchs qui s’illuminent le soir venu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le plan remis par le gérant du Old Town ne l’indique pas mais il semble qu’il y ait une île au large de Malacca. Notre curiosité mêlée à une envie d’approcher le fameux Détroit (de Malacca), nous pousse à nous aventurer sur Pulau Malacca en empruntant le pont qui la relie au continent.  Nous ne nous attendions pas à ce que nous y avons découvert. L’ébauche d’un projet pharaonique qui devrait prendre fin à l’horizon 2025 : « le Melaka Gateway« . Création de trois îles artificielles qui offriront sur près de 250ha de terrain des hôtels, centres commerciaux, restaurants, parcs d’attractions, musées, centres sportifs… De plus, un terminal international de croisière permettra un acccès direct par la mer. Au loin, des bateaux draguent le sable qui servira de fondations à ces jumelles de Dubaï.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le contraste avec le centre historique est saisissant ! Nous rencontrons deux jeunes couples qui se font prendre en photos (fiançailles, mariage) sur ce petit bout d’île et leur demandons si ce lieu a une signification particulière pour eux. « No, It’s just a nice place » !

 

De retour dans l’authentique Malacca nous profitons d’une dernière soirée pour flâner dans l’ambiance si agréable de Chinatown. Notre promenade n’est pas sans nous rappeler notre périple chinois, nous donnant du coup l’impression de terminer ce voyage en Asie un peu comme il avait débuté. Et oui, car après les présences portugaises, hollandaises et anglaises, la tolérante Malacca est aujourd’hui éminemment chinoise.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Et bien voilà, c’est par ce petit bout de Malaisie que s’achève notre grande étape asiatique. Cinq mois de découvertes, de rencontres, d’échanges, de partages, d’émotions…

 

 

Il est temps maintenant de penser à refaire très correctement nos sacs (les douaniers australiens seraient pointilleux) et de nous diriger vers l’aéroport international de Kuala Lumpur où nous attend un vol de la compagnie Qantas qui nous déposera à 02h05 demain matin à Melbourne pour le début d’un autre voyage.

horizon-mix6t-sur-le-depart

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s